De nombreuses vidéos de mon site ne sont plus visibles car censurée par l$#¤¤
Donc ne m'en voulez pas, je ne peux faire plus !
la banniere du site GHU en BZH indexTesla_Antisocial
Nous sommes en . bzh le Dimanche 4 Decembre 2022 - Il est 17 heure 13.
Dernières interventions sur le site : Le 19 novembre 2022 -___
Plan du site. -*- Recherchez rapidement sur le site.
Vous êtes sur la page => https://harmonieuniverselle.bzh//autrevie/textesav/La_Politique.php

Par ordre de dernière mise à jour
Jour / Mois / Année Sujet traité

28-9-2022 - vélo_électrique
10-9-2022 - du_Mieux
10-9-2022 - biocosmique
10-9-2022 - la_vie_la_mort_la_vie
10-9-2022 - bien_ou_mal
10-9-2022 - Gérer_ses_peurs
10-9-2022 - La_Politique
10-9-2022 - les_douze_sentiers
10-9-2022 - De_mieux_en_mieux
10-9-2022 - la_route_tracee
10-9-2022 - La_force_de_l_esprit
10-9-2022 - 3-voies
10-9-2022 - Symbôle_Lémurien_Vital
10-9-2022 - choix_individuels
placé en 1997 - Recomposé le 30 juillet et le 6 août 2022

La POLITIQUE

De façon courante, la notion de "politique" ne correspond qu’à un terme, ou plutôt deux mais ils se recouvrent. On parle en effet de la politique


Le sens commun de la politique est ce que les individus perçoivent le plus, particulièrement par l’intermédiaire des médias : une mise en scène, pas tellement au sens de théâtral mais plutôt de mise à disposition pour une catégorie d’acteurs d’une scène – de plus en plus médiatique mais pas seulement – sur laquelle ils pouvaient s’affronter ==> c’est la scène politique nationale.
Ce sens commun concerne aussi les relations entre individus formant une société par la loi, la police ainsi que par les institutions qui se traduisent par une bureaucratie et l’investissement de lieux physiques, parfois loin des "normes" et des valeurs.

Ces deux sens de la notion de politique sont indéniablement justes mais ils méritent, contre la confusion, une distinction plus claire ; nous aborderons donc :

Lexique

Points abordés

Qu'est-ce que la politique selon Platon ?

Contrairement à son disciple Aristote, Platon soutient que « tout homme est pour tout homme un ennemi et en est un pour lui-même (Lois, 626c) ». Aussi le rôle de la politique consiste pour lui à créer l'unité et assurer l'harmonie dans la Cité, à travers, notamment, la vertu et l'éducation.

"... un homme recourt à un autre pour un besoin particulier, puis à un autre en fonction de tel autre besoin, et parce qu'ils manquent d'une multitude de choses, les hommes se rassemblent nombreux au sein d'une même fondation pour s'entraider. C'est bien à cette société que nous avons donné le nom de cité, n'est-ce pas ?

Au Livre VIII de La République, Platon décrit la manière dont on passe d’un régime politique à un autre. Cet enchaînement n’a pas, pour Platon, une valeur historique : comme dans le Timée, il s’agit de présenter une succession essentiellement logique. Platon en distingue donc cinq :

  1. L’aristocratie, le gouvernement des meilleurs, est le seul régime parfait selon lui. Il correspond à l'idéal du « philosophe-roi », qui réunit pouvoir et sagesse entre ses mains. Ce régime est suivi de quatre régimes imparfaits :
  2. La timocratie, régime fondé sur l'honneur ;
  3. L’oligarchie, régime fondé sur les richesses ;
  4. La démocratie, régime fondé sur l'égalité ;
  5. La tyrannie, régime fondé sur le désir ; ce dernier régime marque la fin de la politique, puisqu'il abolit les lois.

Je précise que j'ai écrit ici le point de vue de Platon, pas le mien !

On se situe où en 2022 ?
Haut de page

Qu'est-ce que la politique selon Aristote ?

Questions de Politique, est un ouvrage en huit livres d’Aristote, dans lequel le philosophe grec s'attache à étudier les diverses questions que pose la vie d'une cité-État. (en grec, πόλις, pólis

)

Par rapport à l'activité pratique, la politique est en effet définie par Aristote comme la plus haute de toutes les disciplines, elle est la « science souveraine entre toutes » car elle est capable de nous diriger dans la connaissance du Souverain Bien, la fin en vue de laquelle s'exercent toutes nos activités ;

Aristote pose le principe que tous les hommes sont des êtres rationnels, y compris les barbares, les femmes et les esclaves dans la théorie des régimes politiques, il met en œuvre les concepts fondamentaux de forme, de norme et de fin. La plus importante de ces normes ou principes de détermination est "la mesure et le juste milieu"



Mais si le "vivre ensemble" est un choix préalable, il n’est pas le but : la fin dernière de la communauté sociale humaine est la constitution d’une cité, en termes modernes, d’un État ; seul l’État est capable d’instaurer une contrainte qui a pour but la justice ; avec la cité en effet, la violence fait place à l’État de droit . Et puisque le droit est la règle de la communauté politique, "la justice est donc une valeur politique" ; or c’est l’exercice de la justice qui détermine ce qui est juste. Le droit, cet ordre établi par la communauté politique entre ses membres, est à l’origine des vertus morales. La cité permet ainsi à l'individu d'atteindre sa perfection. Toute association politique exige les vertus de sagesse et de justice : elle repose sur des bases éthiques, car "sans la vertu, l’homme est l’être le plus pervers et le plus féroce, le plus bassement porté vers les plaisirs de l’amour et du ventre"

... le libre accroissement démographique aboutit à la misère, aux séditions et au crime.
Dit-il !

Aristote esquisse le tableau de sa cité idéale dans les livres VII et VIII. En précisant la nécessité de se tenir dans le cadre du possible, il montre que la structure de l’État qui répond à ses vœux sera plus proche de la réalité que celle de la cité de Platon



Je précise que j'ai écrit ici le point de vue d'Aristote, pas le mien !


Haut de page

Qu'est-ce que la politique selon Socrate ?

La politique de Socrate n'a rien de scientifique. Elle est surtout pratique et morale. Il traite des devoirs de la vie publique comme des devoirs de la vie domestique, sans s'élever à aucune théorie abstraite. C'est un réformateur des mœurs: c'est là son originalité et sa grandeur.


Le rôle de Socrate, l'un des plus grands de l'antiquité, nous offre deux choses à considérer: d'un côté sa personne, d'une éclatante originalité et d'une action si puissante sur tous ses contemporains; de l'autre, la révolution qu'il a introduite dans la science morale et politique. Socrate est d'abord un réformateur moral; il est, en outre, l'auteur d'un grand mouvement de pensée. À ces deux titres, comme penseur et comme sage, Socrate appartient à notre récit


Socrate, on le sait, n'avait point d'école; il n'enseignait pas dans un lieu fermé; il ne publia point de livres. Son enseignement fut une perpétuelle conversation. Socrate était partout, sur les places publiques, dans les gymnases, sous les portiques, partout où il y avait réunion de peuple; il aimait les hommes et les recherchait. Il vivait en public. Il causait avec tout le monde et sur toute espèce de sujets. ll parlait à chacun de ses affaires, et savait toujours donner à la conversation un tour moral. Son bon sens, si juste, trouvait en toute circonstance le meilleur conseil; il réconciliait deux fières; il rappelait à son propre fils le respect d'une mère violente et importune; à un homme ruiné, il enseignait la ressource du travail, et lui apprenait à mépriser l'oisivité comme servile; à un riche, il fournissait un intendant pour le soin de ses affaires; il faisait sentir à un jeune homme présomptueux et ambitieux son ignorance des affaires publiques. Au contraire, il encourageait l'ambition d'un homme capable, mais timide et trop modeste. Enfin, il parlait peinture avec Parrhasius, sculpture avec Cliton le statuaire; il causait de rhétorique avec Aspasie, et, ce qui est un curieux trait de mœurs, il enseignait même à la courtisane de Théodora les moyens de plaire.


Dans la science, la philosophie lui doit d'avoir trouvé son vrai principe: connais-toi toi-même, et sa vraie méthode: la critique et l'analyse.
La morale lui doit quelques-uns de ses meilleurs et ses plus beaux préceptes, et la politique ce principe indestructible que la loi commune des gouvernements et des citoyens, c'est la justice.

Enfin la liberté de la pensée le compte parmi ses plus grandes victimes.
Il ne faut point trop gémir sur sa destinée, car la persécution et l'injustice font l'honneur et le succès des doctrines: et la vérité parmi les hommes ne se répand jamais sans douleur.



Je précise que j'ai écrit ici le point de vue de Socratee, pas le mien !

Haut de page

Qu'est-ce que la politique selon Larousse ?

adjectif

(latin politicus, du grec politikos, de polis, ville)

  • 1 - Relatif à l'organisation du pouvoir dans l'État, à son exercice :Institutions politiques -

  • 2 - Relatif à une conception particulière du gouvernement, des affaires publiques :Opinions politiques - Partis politiques -

  • 3 - Relatif à ceux qui détiennent ou qui veulent détenir le pouvoir dans l'État, l'exercer :Carrière politique - Les milieux politiques -

  • 4 - Se dit d'une manière d'agir avec autrui habile, judicieuse, diplomate et calculée.

Synonyme : diplomate


La rousse n'a honte de rien !!!

nom

  • 1. Homme, femme politique.
  • 2. Prisonnier politique.

Synonymes : homme, femme d'État - politicien (¹)


(¹) Pour parler de ce qui relève d'une politique intrigante et intéressée : La politique politicienne.
Et celui ou celle qui témoigne de l'habileté politique : Une manœuvre politicienne, une magouille quoi !

nom masculin

  • Ce qui relève de l'exercice du pouvoir dans l'État : Le politique et le social.

nom féminin

  • 1. Ensemble des options prises collectivement ou individuellement par les gouvernants d'un État dans quelque domaine que s'exerce leur autorité (domaine législatif, économique ou social, relations extérieures) : La politique économique de la France.

  • 2. Méthode particulière de gouvernement, manière de gouverner : beauPolitique libérale, autoritaire.

  • 3. Moyens mis en œuvre dans certains domaines par le gouvernement : beauPolitique de l'emploi, des prix.

  • 4. Manière concertée d'agir, de conduire une affaire : beauLa politique commerciale de la maison.

  • 5. Manière prudente, fine, avisée d'agir : beauMénager quelqu'un par pure politique.

  • 6.Faire de la politique, suivre une carrière politique ; exprimer ses opinions sur le pouvoir et son exercice.

Synonymes : calcul - diplomatie - stratégie - tactique


nom masculin pluriel

  • Parti catholique formé en France pendant les guerres de Religion.

Synonyme : malcontents

Synonymes : parti - clan - caste - club - syndicat - etc


Carte politique,

carte représentant les pays et les régions en tant qu'États ou autres entités administratives.

Droits politiques,

droits qu'a tout citoyen de participer à la vie politique en étant éligible ou électeur.

Géographie politique,

synonyme de géopolitique.

Prisonnier politique,

auteur d'une infraction politique (par opposition à prisonnier de droit commun).

Science politique,

analyse et étude du pouvoir politique (science du pouvoir) et des institutions (science de l'État).

Sociologie politique,

étude des différents pouvoirs qui sont à l'œuvre au sein des sociétés, de leur nature, de leur visée et des modalités de leur exercice.

Vous chercherez peut-être ailleurs aussi, mais je vous laisse fouiner !


Haut de page

Les politiciens ...

Ceux qui nous gouvernent actuellement ( et depuis des siècles ) ont bien compris le pouvoir des pensées. Ils veulent que l'homme ait peur, jalouse les autres pour éviter les échanges d’idées.

Mais c’est un autre vaste sujet, j’y reviens donc !


Haut de page

Qui fait de la politique ? ( ou pas ! )

Après avoir bien lu ces informations qui ont plusieurs sources, il paraît évident que tout le monde sur la planète "fait de la politique" !



Puisque ne pas prendre une position dans un débat :

  • pour se soustraire à la demande qui peut être ressentie comme embarassante ou privée ( privée de quoi ? du droit de s'exprimer librement surtout )
  • par manque de courage de dire clairement ce qu'on pense !
Ce n'est en fait qu'un moyen indirect de donner raison "au plus fort" dans le débat. C'est clair !

Et c'est donc un acte politique ! CQFD



Haut de page

Qu'est-ce que la politique en fin de compte ?

« science des affaires de l’État » ??


Je pensais que la politique était un moyen d'expression de chacun dans la masse globale, et que donc chacun avait le droit

  • d'avoir une pensée
  • de vouloir la partager.

En fait il me paraît aujourd'hui, avec toutes les influences financières, mafieuses, rien n'est aussi simple. Finalement c'est celui qui se laisse corrompre le plus qui arrive au premier rang. Parfois il ne sait même plus ce qu'il fait là où il a été placé !

Il est temps de remettre de l'ordre !


Reconstruire le monde politique, j'en parle ici !

Haut de page