ECRITURE INCLUSIVE
banniere-ghu-JD.jpg page index
Nous sommes en . bzh le Dimanche 18 Novembre 2018
Bonne soirée ! Il est 19 heure 20. Bienvenue sur mon site. Bonne lecture.
Pour laisser un message rapide au responsable de ce site
Pour recevoir des informations par messagerie

Mes analyses ou élaborations


Vu par d'autres que je trouve bien !'


BALIVERNES


Textes honteux pour notre FRANCE


édité le 14 novembre 2017 · par Un odieux connard · dans Société. ·

L'écriture actuellement française
Est-elle condamnable ?
Doit-on le remplacer par l'écriture inclusive ?

Point de vue d'un Odieux connard - ( Allez voir son site ! SUPER ! )°

L’écriture pas très inclusive

Au vu du titre de cet article, je sens déjà des yeux se plisser, des sourcils se froncer, voire des couteaux être tirés. Mais, puisque le débat fait rage en ce moment, permettez-moi humblement d’y prendre part en énonçant ce fait tout simple : L’écriture n’est pas faite pour se sentir bien.
Voilà. Du calme. Respirez bien fort. Si vous êtes un partisan de l’écriture inclusive, qui consiste pour rappel à accorder les phrases à tous les genres en les séparant par des points (ex : Ces larron.ne.s sont lourd.e.s) vous devez probablement être en train d’hyperventiler. Doucement. Voilààà.
Pourtant il est temps d’admettre la vérité : lorsque sur les bords de l’Euphrate, on grava il y a plus de 5000 ans d’archaïques tablettes pour y coucher des détails administratifs (l’administration étant connue pour durer dans le temps ; les Mésopotamiens le savaient déjà), personne ne se posa de questions quant au sexisme de la chose. Ou alors, ça a dû donner ça.
Tels furent les derniers mots de Mikoub, peu avant d’être lapidé à coups de tablette gravée.
Haut de page
Car oui, l’écriture est un outil qui permet d’énoncer une idée dans le but de la communiquer efficacement à son prochain. Par exemple, vous noterez que dans aucune langue, il ne faut deux heures pour écrire le mot « chien » ou « moi ». Pourquoi ? Parce que le but reste d’être pratique. Sans tomber dans le SMS, sinon ça perd en clarté. C’est fou.
Alors, pourquoi diable vouloir alourdir la langue au seul motif de créer de la représentation ?
Tout le monde reconnaîtra cette célèbre gravure représentant une soirée à Nuit Debout.
Mettons que, alors que vous faites les courses chez Leclerc, soudain, vous entendez du bruit. Vous vous tournez et apercevez Gengis Khan accompagné de toute la horde mongole en train d’envahir le rayon frais et de décapiter les passants qui cherchaient les yaourts 0%. C’est embêtant. Mais n’écoutant que votre courage, vous plongez entre deux laitues, et pour ne pas attirer l’attention, envoyez par SMS à votre ami dans la maréchaussée

Vous méritez d’être donné à manger aux ponettes, et votre ami aussi.
Par contre s’il répond : il y a déjà plus d’espoir.
Car, disons-le, le contenu du slip des Mongols nous importe peu dans le cas présent. Par contre leur venue en armes, si.
Et ça marche avec plein de choses.

Tenez, si je parle d’étudiants, je dis étudiants. Parce que ce sont les gens qui étudient à l’endroit dont je parle. En somme : les gens… étudiant. D’où le nom. Je sais, c’est audacieux. Par contre, si la question du genre vient dans la conversation, par exemple si on demande quelles proportions il y a, là on parlera d’étudiantes et d’étudiants. Pas d’étudiants tout court. Parce que l’évocation du genre aura ici un intérêt. Mais sinon, on prend la catégorie dont on parle : agriculteurs, électriciens ou ninjas (seul Sean Connery a le droit de dire « ninjasses », revoyez vos classiques).
J’entends d’ici l’hyperventilation qui reprend chez les plus militants d’entre vous. Et un cri guttural, venu du fond du cœur qui me dit :
Ouais, mais on apprend aux enfants que le masculin l’emporte sur le féminin, et ça, c’est dégueulasse !
La formulation l’est clairement en effet. Du coup, on pourrait simplement la transformer en « Dans le cas d’un groupe de genres divers, par commodité, on écrit au plus court. ». Donc le masculin. Ou même le renommer le neutre. J’ai beau être un homme, vous pouvez effacer mon genre de la langue française, j’espère avoir un peu plus de profondeur qu’une kikounette.
Mais s’il s’agit de remettre en question les règles à partir du moment où elles n’ont plus lieu d’être dans nos sociétés modernes, on peut y aller : tenez, nous roulons à droite car nos postes de conduite sont situés de manière à ce qu’un droitier puissent manœuvrer le véhicule plus aisément. Mais si je suis gaucher ? Ou pire, Anglais (… je demanderais l’euthanasie, notez) ? Les règles de conduite m’oppressent ! Alors pourquoi ne puis-je pas rouler où je veux ? On n’aura qu’à tous faire plus attention et à aller plus doucement et ça passera !
Vous me direz :
- c'est con !
- OUI !
Mais l’est-ce plus que de faire plus attention et d’aller plus lentement en écrivant pour aller contre une règle parce qu’un macho l’a formulée de manière absurde il y a des siècles ?
Si une andouille énonce une règle pratique, on peut garder la règle et jeter l’andouille.
Mourants sur leurs sièges à la vue de ce parallèle honteux, et s’étranglant d’un « Spapareil© » (la formule officielle de tous les gens qui n’aiment pas avoir le nez dans le caca), les défenseurs de l’inclusif me diront :
Haut de page
Oui mais dans un groupe, ça invisibilise les femmes !
Pire, mes bons amis, cela invisibilise le genre de tout le monde. Que ce soit un être humain, un objet ou un concept. Parce qu’à nouveau, on s’en fout. Mais vous noterez que cela existe en sens inverse.
Reprenons l’exemple de la horde mongole qui sème la terreur au rayon frais. Hé bien, vous n’avez pas cillé quand j’ai dit parlé de ses « armes ». Alors qu’il y a dedans des arcs (masculins) et des épées (féminins). Le mot désignant un regroupement d’objets mortels est féminin. Notez que c’est logique. Idem, juste au-dessus, j’ai écrit « la horde ». Pourtant, elle est probablement majoritairement masculine. Faut-il en déduire que nos Mongols sont en fait transexuels et que Gengis Khan est secrètement danseuse de cabaret ? Pas sûr.
Mieux encore : quand vous désignez quelqu’un comme « une personne », vous n’avez même pas l’excuse du groupe. Pourtant, vous invisibilisez son genre. Et si à chaque fois que vous disiez à un garçon qu’il est « une personne », ses couilles tombaient dans la foulée, marcher dans les cours d’école demanderait une certaine adresse.
Raison pour laquelle le genre des mots et celui des gens sont deux choses différentes. Et si vous ne faites pas ladite différence, je préfère ne pas savoir ce qui sort de votre bouche.
« Oui mais c’est sexiste quand même. »
Non. L’outil n’est pas sexiste. Ce que l’on en fait, si.
Par exemple, si j’écris :
Hommes et femmes égaux. ce serait sexiste car je n’ai pas accordé « égaux » de toutes les manières possible. Remarquez, j’aurais pu utiliser la règle de proximité et mettre « égales », comme en vieux françois (et j’aime le vieux françois), mais ce serait toujours sexiste selon vos critères puisque ça invisibilise un des deux genres. Il faudrait donc comprendre que je serai un rabouin machiste tant que je n’aurai pas écrit « éga.l.s.ux ».
Maintenant, reprenez ce que j’ai écrit, insérez et lisez le tout à voix haute : ça ressemble à une inscription comme on en trouve dans les toilettes des aires d’autoroute. Charmant.
À contrario, si j’écris :
La.es femme.s doit.vent rester dans sa.leur cuisine.s , je ne suis pas sûr que ce soit tip top tolérant. Et pourtant, je m’adresse aussi bien à celles rôdant seules ou en groupes près de l’évier. C’est dire si je suis tolérant les enfants.
Phidippidès, coureur de marathon, qui contrairement à la légende, est en fait mort en tentant de déchiffrer le message en écriture inclusive qui lui était confié.
L’écriture inclusive nous vient tout droit des militants qui, justement, en restent à l’écrit : ils peuvent donner l’impression qu’ils combattent des symboles et se donner bonne conscience. Mais le souci des guerres contre les symboles, c’est qu’elles restent souvent symboliques. Ce qui est pratique quand on se contente de combattre depuis Twitter, notez.
Bref, ça ne règle rien, mais ça les viole toutes.
Vous êtes de mauvaise foi ! La langue forge les esprits et donc, le sexisme !
Si la langue forgeait les esprits, au vu de la nôtre, mon concitoyen moyen serait bien moins con.
Enfin, cela signifierait que dans les pays ou le genre des mots est quasiment absent (comme chez nos amis anglo-saxons par exemple), le sexisme n’existerait quasiment pas.
Je vais donc dire deux mots : Donald Trump.
Rajoutons tout de même que si la langue influençait tant et si bien les esprits, les féministes jusqu’alors auraient été bien emmerdées : qui ne se souvient pas de Simone de Beauvoir prenant feu en rédigeant son oeuvre car elle accordait au masculin ? Comment Élisabeth Badinter fait-elle pour oser continuer à écrire dans la langue de Molière et non de Jul ? Le mystère rester entier.
Ou bien, c’est du pipeau de compétition. Mais quiconque évoquera cela aura le droit à « Le masculin l’emporte sur le féminin, ce n’est pas sexiste, ça ? Ça n’influence pas la vision du monde ?« . Hé bien on en revient aux points précédents : en ce cas, rouler à droite oppresse les gauchers et il faut arrêter. « La règle peut évoluer » « Il suffit de faire attention » « Rien n’est figé« , etc. Alors braves gens, changez la formulation grossière de la règle, pas son efficacité. Et je vous re-propose d’appeler le masculin le neutre. Une castration offerte sur un plateau, ça ne saurait se refuser.
Haut de page
De toute façon, je connais des profs qui ont commencé à l’enseigner à l’école.
Voilà qui est très sain : placer son militantisme personnel au-dessus du programme scolaire.
Du coup, j’imagine que les gens qui défendent ce principe n’auront aucun souci avec des professeurs de biologie qui se mettent à enseigner le créationnisme, des enseignants de physique qui affirment que la Terre est plate, ou des professeurs d’Histoire qui assureront à leurs élèves que la colonisation n’avait que de bons côtés, parce que ce sont leurs convictions personnelles.
Ben quoi ? Ce sont leurs idées. Leurs combats. Alors pourquoi eux ne pourraient pas le faire, comme des professeurs de Français qui enseignent de fausses règles grammaticales ?
Ce à quoi on me rétorquera inévitablement que « Spapareil© » suivi de l’argument ultime : ils ont tort. Certes. Mais eux aussi pensent avoir raison, sinon ils ne le feraient pas.
Non, sérieusement : défendre le militantisme à l’école n’a jamais été une bonne idée, hein. D’ailleurs, le saviez-vous ? L’Odieux Connard (ou bien sont-ce L’.es Odieu.se.s.x Conn.ard.asses, ce qui encore une fois, est splendide, n’est-il pas ?) est présent dans un manuel scolaire de collège cette année. Je laisse le soin aux gens qui bavent de rage devant cet article le soin de le retrouver pour s’insurger devant ces idées honteuses que l’on met dans la tête des élèves. Mais encore une fois : « Spapareil© ». Enfin, uniquement pour les autres.
De toute façon, vous êtes de mauvaise foi ! hurleront mes détracteurs en se drapant dans la beauté de leur combat. Hé bien Mesdames et Messieurs, pour conclure cette démonstration qui n’a que trop traîné, je vais vous prouver que l’inclusif est en réalité exclusif, discriminant et que si j’étais vegan, je n’y toucherais même pas avec mes baguettes en bois recyclé.

D’abord, l’inclusif, c’est exclusif.

La langue française a le bon goût d’avoir une forme neutre. Bêtement appelée le masculin, avec la fameuse règle bien mal formulée, mais une forme neutre quand même. C’est-à-dire, qui n’a pas de genre marqué. Un lieutenant, par exemple, peut-être aussi bien un homme qu’une femme. Mais là où c’est fabuleux, c’est que ça peut aussi être un transexuel, un androgyne, un fantasme d’adolescent japonais ou que sais-je : c’est compris dedans. Parce que le neutre est exhaustif. Il inclut tous les genres. Présents, passés et futurs. Pas de questions à se poser, tout est prévu.
L’inclusif, lui, ne considère le masculin que comme masculin, en opposition avec le féminin. Et comme déjà vu, il confond le genre des mots et des gens (ce qui est dégoûtant). Donc si j’écris « Ces militant.e.s sont biaisé.e.s » il ne peut y avoir QUE des filles et des garçons dans le groupe. Venant des milieux qui défendent l’existence de dizaines de genres, et autant de pronoms pour aller avec, c’est doucement ironique.
Mais là où c’est le plus fort, c’est que cette écriture a pour but d’éviter une chose : de se sentir insulté quand son genre n’est pas représenté dans une phrase.
Or, je ne sais pas vous, mais personnellement, je n’ai jamais estimé que l’autre genre était une insulte. Pour avoir vécu des jours heureux dans une filière où nous étions 2 garçons et 28 filles, je ne vous cache pas que nous étions désignés comme « Les filles de telle filière » ou « Les étudiantes de telle filière« . Personnellement, je n’ai jamais eu l’impression d’en subir pour autant des bouleversements slipesques ou de me sentir privé de mon chromosome Y. Et signer des papiers mentionnant « L’étudiante » ne m’a jamais paru être un souci. Si c’est le cas pour vous, par contre, vous avez peut-être un problème.
Alors que si j’avais défendu l’écriture inclusive, j’aurais pété une durite en expliquant qu’on niait mon genre, mon identité, changez-moi ces papiers que je ne saurais voir et désormais, parlez des « étudiant.e.s de la filière« , j’vais vous apprendre la tolérance, tas de fascistos-nazis, heureusement que j’étais là pour vous rappeler que l’autre genre m’insulte.
"Le raisonnement exact du « Je n’ai aucun souci de racisme, au contraire, mais si on me confond avec un Maghrébin, ça va chier. "
L’histoire a montré que les différences s’estompaient quand, pour être clair, en s’en battait le coquillou. Par exemple, il y a quelques siècles, on se définissait avant tout comme catholique ou protestant, champenois ou bourguignon. Et si vous mettiez les deux autour d’une table, ils s’étranglaient (au mieux ; sinon ils sortaient les couteaux et le rôti était ruiné). Depuis, on a évolué. On n’a pas inscrit d’identité officielle dans le langage, et maintenant, vous pouvez mettre un champenois catholique à côté d’un bourguignon protestant, tout le monde s’en foutra à commencer par eux. Invisibiliser les différences, ça marche. On a quelques milliers d’années d’histoire qui le prouvent. Parce que vous êtes supposé être plus qu’un chromosome ici ou un lieu de naissance là. Mais les partisans de la tolérance 2.0 vous diront que non. Ah.
Du coup, apprendre à un garçon que ce n’est pas grave de dire « Elles » pour parler d’un groupe de 99 filles et 1 garçon, histoire que lui aussi découvre l’invisibilisation de ses couilles, et qu’être une fille, ce n’est pas une insulte, ce serait plus progressiste que de dire « Non : ton genre est sacré, et tu dois poser tes burnes ou tes ovaires dans toutes les phrases.« , ce qui n’est ni malin, ni hygiénique.
Pour un peu, je dirais bien qu’on pourrait appeler ça « He For She« , mais les fans d’Emma Watson ET d’écriture inclusive risquent de prendre feu, et ça… ah bah du coup, si : He For She. Voilà.
Bref : l’écriture inclusive, c’est apprendre à ne surtout pas vouloir être confondu avec l’autre. Ce qui s’appelle de l’intolérance.

Ensuite, c’est discriminant.

Connaissez-vous le « validisme » ? Dans la guerre des débats pourris où les gens sans arguments collent des étiquettes pour compenser, le validisme signifie discriminer les handicapés.
Vous avez déjà essayé de faire passer un texte inclusif dans un logiciel pour malvoyants ? C’est facile : c’est imbitable. Cela se transforme en purée incompréhensible matinée de pauses longuettes sur tous les mots accordés, et empêche l’accès aux contenus dans ladite écriture.
Chose amusante : les défenseurs de l’écriture inclusive eux-même assument le fait que ce ne soit pas lisible. Donc, rappelez-moi : c’est fait pour plus de tolérance, mais c’est accessible à moins de gens qu’avant ? Et en plus, ça exclut l’un des seuls groupes pour qui la communication est déjà compliquée, raison pour lesquelles l’écriture se doit d’avoir des règles claires et efficaces ?
C’est un peu comme faire une réunion sur le thème de la tolérance, mais en haut d’un escalier parce que « Les escaliers, c’est un beau symbole, on s’élève, et c’est notre but« . Ça consiste à faire chier concrètement des gens pour une satisfaction symbolique.
Haut de page

Enfin, amis vegans et autres compagnons de la nature…

Couperiez-vous un arbre pour vous sentir bien ? Non, vous diriez que c’est barbare.
Bien. Prenez un texte. Passez le en inclusif. Ça alors, il augmente en taille ! Ce qui signifie qu’une fois imprimé – et des journaux et livres commencent à y passer – il va consommer plus de place, et donc, de papier. Donc va nécessiter plus d’arbres.
Alors oui, c’est plein de mauvaise foi. Mais le problème est réel : êtes-vous prêts à augmenter la consommation nationale de papier, même faiblement, juste pour vous donner le faux plaisir d’être un bon militant ? Chut. Réfléchissez-bien avant de me répondre. Je savoure mon brandy.
Bref, si je devais conclure, je dirais tout simplement ceci.
Dans cet article sans écriture inclusive, j’ai expliqué que « Il » était égal à « Elle », que fille, ce n’était pas une insulte, et accessoirement, mon article est intégralement accessible aux malvoyants, sans compter qu’en cas d’impression, il consommera moins de papier.
L’écriture inclusive ? C’est exactement l’inverse.
Maintenant, vous faites comme vous voulez.

Dernier argument de poids :

Lévy soutient ladite écriture inclusive.
Voulez-vous vraiment écrire comme Marc Lévy ?

Haut de page
Pour l'instant je ne place pas autre chose que cette page mais j'ai des fourmis dans les doigts pour y ajouter mon grain de sel. Mais là j'attends d'abord la réaction de l'auteur de cette prose magnifique. Ensuite on avisera !
À bientôt !

Haut de page

Recherches sur le site. ω Sommaire© ω ® ω Lexique ω Déconnection
Merci, je ne demande rien de spécial,
un don étant, chacun le sait bien, un élan du cœur.
CSS Valide ! Coup d

Reprises des encodages d'affichage pour moins de ☻ ☺ ▒ sur les écrans ! Mais si ça arrive encore, prévenez-moi en m'indiquant la page concernée, merci !