banniere-ghu-JD.jpg page index
Nous sommes en . bzh le Mercredi 23 Mai 2018
Bonne soirée ! Il est 22 heure 44. Bienvenue sur mon site. Bonne lecture.
Connectez-vous, merci.Ce site est prévu pour FIREFOX mais visible par tous !
Un principe simple : "quand tout le monde pense la même chose... c'est que plus personne ne pense !"
Un mort-vivant est un oxymore alors qu'un occis mort est un pléonasme ! Le français ? c'est simplement évident, non ?

Mes analyses ou élaborations


Vu par d'autres que je trouve bien !'


BALIVERNES


Textes honteux pour notre FRANCE


L'ARNAQUE des ÉOLIENNES
Depuis le temps que je le dis ...

Souvenez-vous, ce n'est pas si vieux !!!

Pour Frédéric Lanoë, Président de France Energie Eolienne (FEE), la filière éolienne a besoin du système de soutien actuel, qui repose sur l’achat par EDF de l’électricité éolienne à un tarif ( avantageusement Note perso )déterminé si l’on veut atteindre les objectifs pour 2020 fixés par le gouvernement : « Les premiers signaux de redémarrage de la filière éolienne fran&coedil;aise sont maintenant visibles, avec 870 MW de contrats signés en 6 mois, il ne faut pas casser maintenant cette dynamique. Plus le cadre économique de la filière sera sécurisé, plus nous serons à même de développer l’industrie et de créer de l’emploi en France. »

Le développement des énergies renouvelables est affiché comme une priorité pour la France avec un objectif de 23 % de la consommation finale brute en 2020.



Jacques DUSSIN sur Univers Nature (???), le 18 janvier 2014 - 14 h 22 min

Je trouve LAMENTABLE que l’on soit encore à faire payer EDF le prix de l'éolien !!! Si on accepte, comme notre président, que l’on est maintenant à fond dans un système libéral, chacun doit se débrouiller seul sans que ce soit les autres ( les imposables ) qui paient pour eux !

Si l’éolien n’est pas « rentable », on arrête ! Ou alors on réfléchit un peu plus loin que le bout de son porte-monnaie et on insiste pour que ce soit l’éolien qui remplace le nucléaire, même s’il faut une éolienne pour 10 habitants !

Mais si on arrête le gaspillage, peut-être qu’une éolienne pour 1 000 habitants c’est suffisant ! Mais là je refais le monde avec l’intelligence et non plus avec l’argent libéral !

Bon vent; les éoliens !

... et maintenant Claude Brasseur, mathématicien, chercheur en énergies renouvelables le dit ouvertement :

L’installation d’éoliennes où que ce soit sur la planète ne répond à aucune logique, ni verte ni économique.

L’installation d’éoliennes où que ce soit sur la planète ne répond à aucune logique, ni verte ni économique. Peu nombreuses, elles ne dérangent guère ; nombreuses, elles tuent l’économie d’un pays tout en le polluant.

En Europe, le motif invoqué pour l’installation d’éoliennes s’appelle « les directives de la Commission pour 2020 ». En Belgique, où les instructions de la Commission sont déjà satisfaites grâce aux centrales à pellets importés, aux éoliennes importées et aux panneaux photovoltaïques importés, les éoliennes continuent à se multiplier. Et le citoyen payant peut se demander pourquoi cet excès de zèle en Belgique, pourquoi cette folie en France, grand pays reconnu le moins pollué d’Europe pour sa production d’électricité.

Oui, la question doit être posée : pourquoi la multiplication de ces engins coûteux, au rendement si faible qu’ils ne peuvent survivre que grâce aux subsides, visibles et camouflés, de l’état pour chaque kWh ? La question est d’autant plus pertinente que les éoliennes – énergie « verte » ! — sont une source de pollution. Le Danemark et l’Allemagne commencent à s’en rendre compte, ils vivent dans la pollution, leur économie bat de l’aile.

Pour polluer moins, il ne faut vraiment pas installer d’éoliennes. Un modèle de calcul plausible est ici envisagé :

− Dans ce modèle, un pays qui a 100 % de sa puissance nominale nécessaire avec de l’éolien doit ajouter 100 % de cette puissance en centrales fossiles, ici au gaz. Ces centrales ont un rendement faible : il est de 40 %. Ce faible rendement est compensé par leur souplesse, qui les rend aptes à suivre les éoliennes, dont la puissance varie sans cesse de « tout » à « rien ». Les éoliennes produisent 25 % de leur potentiel théorique et les turbines à gaz fournissent les 75 % complémentaires. Précisons que les éoliennes tournent quasi tout le temps, ce qui camoufle leur puissance le plus souvent proche de zéro.

− Un pays pourrait s’équiper à 100 % de centrales au gaz turbine-vapeur qui ont un rendement de 60 %. Ces centrales sont incapables de suivre le rythme imprévisible des éoliennes. Ce pays n’installerait pas d’éoliennes.

− établissons le rapport entre la consommation de gaz du pays avec éoliennes et du pays sans éoliennes : (75 %/0,4)/(100 %/0,6) = 1,13. Le pays avec éoliennes consomme 13 % de gaz de plus que celui qui n’a pas d’éoliennes. La différence est pire pour tout autre combustible fossile !

Conclusion : un pays sans éoliennes consommera toujours moins de gaz qu’un pays avec éoliennes. Le fort mauvais rendement des centrales au gaz quand elles varient de régime aggrave lourdement encore l’écart théorique observé ici : le rendement des centrales souples accompagnant des éoliennes est en pratique bien inférieur aux 40 % théoriques. Plus le rendement est faible et plus la pollution est grande…

Un pays fonctionnant au gaz (ou autre) + éoliennes est une catastrophe écologique, financière. Et ceci quoi que l’on fasse comme progrès dans le domaine.



À vous de voir comment ... voter ? ... agir ?


Des textes nouveaux presque toutes les semaines ou plus !
Dernières interventions sur le site : 29 avril 2018
Recherches sur le site. ω Sommaire© ω ® ω Lexique ω Déconnection
Merci, je ne demande rien de spécial,
un don étant un élan du cœur.
CSS Valide !

Reprises des encodages d'affichage pour moins de ☻ ☺ ▒ sur les écrans ! Mais si ça arrive encore, prévenez-moi en m'indiquant la page concernée, merci !